Le rôle de l’IA et de l’apprentissage automatique dans la protection contre les ransomwares

Acronis

Comment l'intelligence artificielle et l'apprentissage automatique compliquent la protection contre les ransomwares

Les ransomwares menacent toutes les entreprises, indépendamment de leur taille, de leur localisation ou du secteur dans lequel elles évoluent. Ça, c'est la mauvaise nouvelle. Mais il y a pire : cette menace gagne en complexité, en sophistication et en ampleur. Les cybercriminels mettent constamment au point des tactiques inédites et exploitent de nouvelles technologies afin de rendre les attaques toujours plus efficaces.

Selon le rapport d'Acronis sur les cybermenaces, en 2022, 30,6 % des e-mails reçus étaient des spams, tandis que 1,6 % d'entre eux contenaient des malwares ou des liens de phishing. Le phishing était le vecteur utilisé dans 76 % des attaques ayant abouti et environ 8 % des terminaux ont essayé d'accéder à des URL malveillantes. De plus, les attaques s'accélèrent : selon l’IBM Security X-Force Threat Intelligence Index 2023, le délai moyen de déploiement des attaques de ransomware a diminué de 94 %. Ce qui prenait deux mois aux cybercriminels en 2019 leur prenait moins de quatre jours en 2021.

Les cybercriminels sont de plus en plus malins ; ils affinent leurs techniques et stratégies et utilisent l'intelligence artificielle et l'apprentissage automatique pour renforcer l'efficacité et l'impact de leurs intrusions. Les attaques de ransomware ne se limitent pas au chiffrement. Il s'agit désormais de doubles et triples attaques qui peuvent prendre la forme d'une exfiltration de données puis d'une extorsion pour la récupération des données, ainsi que la divulgation de fuites de données à vos clients et partenaires, ce qui incite encore davantage votre entreprise à payer la rançon.

Ces nouvelles stratégies, qui vont de l'utilisation d'outils d'IA générative comme ChatGPT à la création d'e-mails de phishing qui parviennent à tromper les utilisateurs les plus méfiants, en passant par le recours à l'intelligence artificielle pour renforcer l'efficacité des attaques, compliquent les opérations de prévention et de protection contre les ransomwares. Les entreprises averties doivent se tourner vers l'intelligence artificielle et l'apprentissage automatique pour lutter contre la menace croissante posée par les ransomwares.

Les méthodes de protection d'ancienne génération ne suffisent pas

Malheureusement, les solutions antiransomware et antimalware traditionnelles ne sont pas capables de lutter efficacement contre les cybermenaces modernes. Parce qu'elles reposent sur la mise en correspondance de signatures, qui ne permet pas d'identifier les menaces zero-day inédites, elles sont incapables de déceler les menaces connues lors de l'intrusion initiale. Les solutions antimalware peinent à reconnaître les menaces qui utilisent l'exfiltration et le chiffrement pour capturer des informations critiques.

Les entreprises qui n'utilisent que des solutions antiransomware et antimalware traditionnelles mettent leurs clients, leurs partenaires et leurs propres activités en danger. Les ransomwares modernes exigent une approche multiniveau plus complète. En adoptant des technologies avancées qui s'appuient sur l'intelligence artificielle, l'apprentissage automatique et l'analyse comportementale, vous serez mieux protégé contre les menaces actuelles, sophistiquées et en constante évolution.

L'intelligence artificielle et l'apprentissage automatique peuvent améliorer la protection contre les ransomwares

L'apprentissage automatique et l'intelligence artificielle sont des composants cruciaux de la protection moderne contre les ransomwares, car ils permettent la détection des caractéristiques propres aux comportements malveillants, par opposition à la simple mise en correspondance de la signature d'une instance de malware avec une base de données de menaces connues. Sans cette approche comportementale, aucune mesure antimalware ne peut identifier correctement les milliers d'instances zero-day qui sont générées chaque jour par les acteurs malveillants.

L'apprentissage automatique améliore votre capacité à détecter les informations sur des exploits encore inédits en fournissant un comportement système fiable de référence élaboré, sur la base de données d'interaction système antérieures et actuelles. Plus les entreprises collectent de données et plus cette approche sera efficace pour détecter les menaces zero-day.

Selon le rapport X-Force d'IBM Security, les algorithmes d'apprentissage automatique ont une précision de détection de 85 % des attaques de ransomware grâce à l'analyse des modèles de trafic réseau, ce qui réduit de façon significative le risque de perte de données et d'interruption d'activité.

En déployant des solutions antiransomware qui intègrent l'intelligence artificielle et l'apprentissage automatique, les entreprises tirent profit de la capacité de la technologie à « apprendre » et à s'adapter réellement. Au fil du temps, les systèmes sont capables de développer une base de référence des comportements attendus et de la comparer à des données et à des comportements nouveaux et modifiés. Si le contexte est suffisant, la protection antiransomware optimisée par l'intelligence artificielle et l'apprentissage automatique peut déterminer si un comportement imprévu présente ou non un risque.

Comment les cybercriminels exploitent l'intelligence artificielle et l'apprentissage automatique

Les cybercriminels utilisent des outils d'IA générative comme ChatGPT pour améliorer leurs chances de faire aboutir leurs attaques. Cela peut consister à améliorer l'authenticité apparente et la vraisemblance des e-mails de phishing, à analyser automatiquement les applications à la recherche de vulnérabilités et à optimiser l'orchestration d'attaques en plusieurs étapes.

Pour savoir dans quelle mesure ChatGPT pouvait encore aggraver la situation, nous lui avons posé la question. Voici sa réponse :

Les cybercriminels peuvent-ils utiliser des outils d'IA générative comme ChatGPT pour améliorer l'efficacité de leurs attaques de ransomware ?

L'IA générative, comme ChatGPT, peut être utilisée de manière abusive par des cybercriminels pour renforcer l'efficacité de diverses attaques, y compris les attaques de ransomware. Bien que ne pouvant ni cautionner, ni approuver toute activité illégale ou malveillante, je peux vous expliquer comment l'IA générative peut potentiellement être exploitée dans de tels scénarios.

1. Ingénierie sociale : les cybercriminels peuvent utiliser l'IA générative pour simuler des agents conversationnels réalistes, comme des chatbots, afin de tromper et de manipuler des personnes peu méfiantes. En imitant des réponses et des comportements humains, ces agents d'IA peuvent inciter des utilisateurs à divulguer des informations sensibles ou à cliquer sur des liens malveillants, ce qui facilite l'exécution des ransomwares.

2. Attaques de phishing : les chatbots optimisés par l'IA peuvent produire des messages de phishing très convaincants et personnalisés qui auront plus de chances d'amener des utilisateurs à divulguer des informations sensibles ou à télécharger des pièces jointes malveillantes. Les attaques de ransomware débutent souvent par des campagnes de phishing. Un contenu généré par l'IA pourrait encore renforcer la sophistication de ces attaques.

3. Contournement des défenses : l'IA générative peut être utilisée pour générer des souches de ransomware polymorphes et à évolution dynamique qui sont plus difficiles à détecter et à bloquer par les solutions de sécurité traditionnelles. En utilisant des algorithmes d'IA pour modifier en continu le code source des ransomwares, les cybercriminels parviennent à créer des variantes capables de contourner les défenses conventionnelles basées sur les signatures.

4. Attaques ciblées : l'IA peut servir à collecter et à analyser de grandes quantités de données sur les victimes potentielles, ce qui permet aux cybercriminels de concevoir des attaques de ransomware plus personnalisées et plus ciblées. Au moyen de techniques d'apprentissage automatique, les cybercriminels peuvent exploiter les faiblesses et les vulnérabilités spécifiques à un environnement cible pour mener des attaques plus performantes.

Il est essentiel de noter que l'utilisation de l'IA générative à des fins cybercriminelles est un sujet de préoccupation constant et que la communauté de la sécurité travaille d'arrache-pied pour élaborer des contre-mesures. Une utilisation et un développement responsables des technologies d'IA sont nécessaires pour limiter les risques de son utilisation abusive par des cybercriminels.

Lorsque l'on demande à ChatGPT comment l'apprentissage automatique pourrait être utilisé de façon abusive par des cybercriminels, sa réponse est tout aussi laconique.

Les algorithmes d'apprentissage automatique peuvent être utilisés de diverses manières pour optimiser différents aspects du processus d'attaque. Bien que je ne puisse ni approuver ni cautionner aucune activité illégale, voici quelques façons dont l'apprentissage automatique pourrait être utilisé à mauvais escient dans des attaques de ransomware :

1. Attaques ciblées : les algorithmes d'apprentissage automatique peuvent analyser de grands ensembles de données pour identifier des cibles potentielles et collecter des informations sur leurs vulnérabilités, systèmes ou réseaux. Grâce à une bonne compréhension de l'environnement cible, les cybercriminels peuvent adapter leurs attaques de ransomware aux faiblesses identifiées, ce qui accroît les chances de réussite de l'infection et du chiffrement.

2. Distribution des attaques : l'apprentissage automatique peut servir à optimiser les mécanismes de distribution des ransomwares, comme les campagnes de phishing par e-mail ou les sites Web malveillants. En entraînant des modèles avec de grandes quantités de données, les cybercriminels peuvent cibler avec plus de précision leurs victimes potentielles et augmenter les chances d'interaction entre les utilisateurs et le contenu malveillant, permettant ainsi le déploiement de ransomwares.

3. Techniques de contournement : les algorithmes d'apprentissage automatique peuvent aider les cybercriminels à développer des techniques de contournement des défenses. En analysant les solutions de sécurité et leurs mécanismes de détection, les cybercriminels peuvent entraîner des modèles à générer des variantes de ransomware moins susceptibles d'être détectées par des antivirus ou des systèmes de détection des intrusions traditionnels, ce qui rend plus difficile la protection des victimes.

4. Optimisation du chiffrement : l'apprentissage automatique peut servir à optimiser les algorithmes de chiffrement utilisés par les ransomwares afin de renforcer leur sophistication et leur fiabilité. En entraînant des modèles avec des profils et techniques de chiffrement, les cybercriminels peuvent développer des méthodes de chiffrement plus solides et plus difficiles à déchiffrer, ce qui augmente les chances de paiement de la rançon par les victimes pour récupérer leurs données.

Les technologies telles que l'intelligence artificielle et l'apprentissage automatique constituent une réelle menace dans l'écosystème des ransomwares. En renforçant la sophistication et l'efficacité des attaques de ransomware, ces outils compliquent l'intervention et la protection. En vous dotant d'une infrastructure de cybersécurité performante incluant un plan d'intervention sur incidents complet, vous pourrez prendre les mesures qui s'imposent pour vous protéger contre les opérateurs de ransomware.

L'avenir de la protection contre les ransomwares

Le ransomware est la principale menace pour les entreprises de toutes tailles. Les cybercriminels font constamment évoluer leurs tactiques pour trouver de nouveaux moyens d'infiltration des systèmes et réseaux. Toute entreprise qui souhaite réduire ce risque doit renforcer ses défenses, mais aussi se préparer à l'éventualité qu'une attaque aboutisse.

Elle doit avoir recours à des outils d'intelligence artificielle et d'apprentissage automatique pour détecter, prévenir et neutraliser les attaques de ransomware. Elle devrait également se doter à l'avenir de moyens pour analyser les modèles de trafic, identifier les anomalies et détecter les attaques potentielles. En gardant une longueur d'avance sur les attaques de ransomware grâce à l'intelligence artificielle et à l'apprentissage automatique, vous serez plus à même de protéger les informations et processus critiques.

Protégez-vous contre les attaques de ransomware avec Acronis Cyber Protect

Acronis Cyber Protect est une solution de cyberprotection intégrée qui aide les entreprises à se protéger contre tous les types de ransomwares. Combinant l'apprentissage automatique et l'intelligence artificielle, elle détecte et bloque les attaques de ransomware tout en proposant des options de restauration en cas d'attaque.

Acronis Cyber Protect détecte et bloque les attaques de ransomware au moyen d'une approche multiniveau. Une détection heuristique et basée sur les signatures identifie les ransomwares connus, tandis que des technologies d'analyse comportementale et d'apprentissage automatique détectent les cybermenaces même inédites. La solution fait appel à l'intelligence artificielle pour surveiller les changements de comportement pouvant être le signe d'une attaque imminente.

En cas d'attaque, Acronis Cyber Protect propose plusieurs options de restauration : la restauration des fichiers ou dossiers individuels chiffrés ou du système complet. La solution permet également d'annuler les modifications apportées par le ransomware et de restaurer ainsi la version de vos données antérieure à l'attaque.

Plus de contenu Acronis